mercredi 22 septembre 2010

President Evil

Les jeux vidéo sont une autre de mes passions.
Une de celles à laquelle j'ai beaucoup sacrifié.

J'en vois déjà qui ricanent dans la salle :"Comment? à 35 ans? Nooon, ça n'est pas sérieux, vraiment? "

Je vous répondrai BAH VOUI.

Sans doute un reliquat de mon enfance, période bénie/maudite qui a  transmuté le vil métal en or,  forgé l'Être Exceptionnel  Votre Humble Serviteur, afin qu'il se présente, nu, devant vous, ici et maintenant.

Dans toute sa simplicité et son enfantitude -merci Ségolène!

Toujours est-il que j'aime vraiment -presque- tous les jeux vidéo, que j'apparente à une forme d'art.
Ils ont le mérite de me faire rêver, même (surtout) à trente-cinq balais. Alors pourquoi renier cet héritage, sous prétexte d'âge "adulte" ?

Je me souviens de mon vieil Amstrad à cassette, où chaque jeu, fébrilement déballé de son étui de cellophane par mes enfantines menottes, mettait 15 minutes à se "charger". De mon émerveillement devant l'écran à 27 couleurs de résolution... De ces mondes enchanteurs qui s'offraient à mon imagination, qui la façonnaient même : fées de 4 pixels de haut, dragons en deux couleurs, vaisseaux intersidéraux au look de boîte de conserve et bruits d'explosion ressemblant à la toux de grand-père, les lendemains de cuite...

L'Amstrad CPC 464 ? Un objet auquel j'aurai pu construire une cathédrale, du temps de mon enfance.
Et que je balancerais sans doute à la décharge, aujourd'hui. Sans même un regard en arrière.

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Mai 2007 : the Messie has come. The Messie is back. And you gonna suffer, bastards! ..caus' he wants REVENGE!

Mai 2007 en France : le calme plat
En ce joli mois de mai 2007, tout augurait d'une période plutôt calme dans le monde vidéoludique. UFO Extraterrestrial, troisième opus de la Mythique licence UFO, nous promettait des heures de stratégie/gestion au tour par tour, sorte de chasse à l'alien dans un monde sombre et futuriste. Final Fantasy III, en réédition pour la petite console DS de Nintendo, rajoutait un peu de beurre dans les épinards des mordus d'Heroic Fantasy et de Jeux de Rôle version console. Un "must-have" pour tous les amateurs de la série -et ils étaient nombreux.
Côté jeux d'action, à part un "Spiderman 3" tiré du film du même nom, pas grand chose à se mettre sous la dent. Ah si, j'oubliais le terrifiant God of War II, qui relevait un peu le niveau. Un Beat'em all (littéralement "tapez les tous") nerveux qui se déroule dans la Grèce Antique, ou le héros, un demi-dieu déchu, cherche vengeance...tout un programme.

Super Ségo a quant à elle fait un bide
Sur le front politique, idem. Mai 2007 a vu la réédition du fameux jeu ayant pour devise : Sécurité, Promesses, Changement. Et, tel le petit plombier hirsute de Nintendo dans "Super Mario", Super Nico débarqua...
 Sa mission? Sauver la Jolie Princesse France des mains du vilain méchant Wario Socialo et de son cortège d'afflictions, qui avaient plongé le Verdoyant Royaume de France dans les affres du chômage, de la fainéantise et de la décadence. Ce fut un des succès incontestables de 2007, avec plus de 53% de copies vendues rien qu'en France. Il plût également beaucoup à l'international, de nombreux pays songeant même à acquérir les droits d'adaptation :l'Italie avec Silvio Berlusconi, la Corée du Nord avec Kim Jong-Il entre autres.
 Seul l'accueil aux USA fut plus mitigé : le jeu connût un succès d'estime, mais, les américains possédant plusieurs années d'avance sur l'Europe (c'est bien connu), ils étaient en train de mettre sur pied, en secret, un genre totalement novateur. Le "Yes we can" -c'est son nom- promettait des heures de déculpabilisation au peuple américain, un espoir débridé et totalement irrationnel face à la plus Grande Crise que le monde occidental ait connu. Ce serait un des plus grands succès de 2008 outre-manche. Un véritable carton, dont on s'interroge encore, aujourd'hui, sur le succès malgré de nombreux défauts de conception : une jouabilité exemplaire au premier abord, mais qui se dégrade rapidement ensuite. Des promesses de " changement" sur la jaquette, une "aventure excitante" mais le goût de la nouveauté s'est transformé en un ennui ferme, qui va crescendo au fur et à mesure du déroulement de l'intrigue.

Mai 2008 : Les Américains on toujours un temps d'avance sur nous, souvenez vous...

On décèle une tendance à l'américanisation; on appelle ça "atlantisme". Ainsi le jeu Sarkozyste affiche-t-il des Rayban, un tee-shirt 'FBI' et une ridicule image de petit replet essayant désespérément de ramer, malgré ses bourrelets, tout en louvoyant entre ces salauds de paparazzi.

'tain vazy! nique-le c'bââtard
Ainsi la production vidéoludique accouche-t-elle, comme en calque, de l'inénarrable GTA IV en ce début d'année. On peut y incarner un gangster (ça alors?), un petit (ça alors!) truand serbe (j'ai pas dit hongrois) qui rêve de devenir grand (ça...alors!!). Troublant? Les chiffres de vente le sont tout autant : c'est un véritable carton, quoi qu'en dise une certaine Nadine M., véritable accro au jeu qui, telle cet évêque pédophile, le fustigea tout en y jouant en cachette, avec ses enfants...et devant les photographes siouplait (ça ne s'invente pas).

En parallèle, le petit caïd de l'Élysée fait du vent, en ce printemps 2008. Le chômage explose en plein vol, les Droits de l'Homme aussi. Félicitations aussi à celui qui reçoit, dans le même temps,  le Prix "Humanitarian Award 2008" décerné par Elie Wiesel pour "reconnaissance d'actions humanitaires" ! Elie Wiesel aurait-il bu un coup de trop à l'époque? Il le reconnaîtra, mais un peu plus tard hélas (la semaine dernière en fait)...
Le Nico Bellic de GTA IV s'en sort dix fois mieux que notre Nico à nous; il a, de plus , un avantage certain : le replay est possible. Pas grave si il commet un faux pas dans les marches de son ascension vers le pouvoir : la rejouabilité est infinie!


Mai 2009 : l'omniscience est au programme.

Souvenons-nous de ce pôv con pauvre professeur de philosophie qui avait crié "Sarkozy je te vois!" à des policiers. Bien mal lui en prît : il comparaitra pour "injures publiques" dans le mois. Tout comme ce "présumé terroriste de l'ultra-gauche", dont le seul tort est de vouloir vivre différemment..pas besoin de preuves pour écraser les mouches que sont les sujets de Sa Majesté. Le petit peuple est inconséquent et ingrat : ne devrait-il pas être reconnaissant au Conducator pour tous ses bienfaits? Ainsi la rigueur qui ne dit pas son nom, et qui avance en galopant....
Dans le même registre sort, début mai 2009, le jeu Demigod (ça veut dire demi-dieu, bande de dépravés).
On pourra y incarner un demi-dieu parmi 8 disponibles, avec chacun ses propres caractéristiques. Le but? Anéantir la citadelle de l'ennemi -le demi-dieu adverse- en écrasant ses loyaux sujets, qui par la foudre, qui par le feu, qui par la pestilence...Je me suis bien marré avec celui-là, seul regret : qu'il n'y ait pas de croc de boucher parmi les armes disponibles.

Des hordes de chômeurs et pis quoi encore?y savent plus quoi inventer!
On a aussi droit, un peu plus tard dans l'année (septembre 2009) au 5ème opus du très célèbre Resident Evil. Une des sagas les plus cultes du jeu vidéo, il s'agit du genre "Survival-horror" . En gros vous incarnez un rescapé d'un commando de marines qui se trouve aux prises, dans un décor d'outre-tombe (manoir, cimetière, égouts, labo d'expérimentation...) avec tout un tas de joyeusetés mutantes créées par une multinationale scélérate et secrete, et la fuite organisée dans la nature de leur terrible Virus T : hordes de roms zombies, chiens dégénérés, plantes monstrueuses...
Le jeu propose en outre des énigmes plus ou moins corsées, dont la résolution est obligatoire pour pouvoir poursuivre l'aventure. Soyons clairs : je n'ai pas du tout accroché au 5ème épisode... la raison? La même que celle qui me fait haïr la classe politique Française !
Gentil n'a qu'un oeil
On nous a  fait miroiter des temps qui ne sont plus, des promesses qu'on ne tient pas. On fait du neuf avec du vieux. Hélas la sauce ne prend plus : le jeu est à l'image de l'époque, un banal jeu d'action, avec certes des graphismes magnifiques, mais qui a perdu ce côté "réflexion" que les aficionados des premiers opus connaissent bien. Resident Evil premier du nom est si loin! Une façade qui en dit long sur la descente aux enfers d'une créativité en berne. Pareil qu'à l'UMPS!


Mai 2010 : ambition quand tu nous tiens..

and the winner is...
Félicitations aux Européens! En ce début de troisième année de mandat Sarkozentiel (put*in TROIS ans!!), la dette est devenue Européenne, en plus de s'accroître de 8% du PNB en moyenne. En gros nos arrière petits-petits-petits-enfants paieront encore ce que l'Euroland vient de signer.

Les banques disent merci à leurs "sauveurs" qui, il est vrai, n'ont pas tous travaillé de la même façon pour arriver à ce "résultat". Ainsi Choucou-les-talonnettes  aura-t-il préféré une énième escapade aux frais de la Présidence plutôt que de rentrer pour être présent, sur le front, quand l'Euro était en train de subir un véritable assaut en règle de la part des américains et de leurs alliés spéculateurs. Merci Angela d'avoir assuré l'intérim!
Le monarque continue à brasser de l'air en étant -ou faisant semblant d'être- sur tous les fronts , mais a aussi fait valoir ses ambitions pour 2012 : alors que la France est plongée en pleine récession, que la souffrance est partout et le réconfort nulle part, et que son bilan est plus que catastrophique, que de nouvelles mesures antisociales sont au programme, il songe à se représenter en 2012...

j'aime bien le pompier pyromane
Dans les Sim's 3 (décidément le chiffre trois est en vogue) sobrement intitulé "ambitions" justement, on nous donne la possibilité de diriger des Sim's, des humains virtuels quoi. On peut leur faire faire presque tout, et les observer du dessus, telles des fourmis dans un vivarium. Ce 3eme volet nous propose d'ajouter de nouvelles professions à la panoplie déjà étendue des Sim's : pompier, sculpteur, styliste...chasseur de fantômes. On doit constamment surveiller ses Sim's, sous peine d'en perdre le contrôle et de déclencher des catastrophes, ou des effets non désirés.
Tout de go : je n'aime pas ce genre de jeu. Pour moi, c'est limite intéressant dix minutes, mais je m'y ennuie ensuite ferme! Voir tous ces petits bonshommes s'agiter vainement, et essayer de contrôler tout ce petit monde qui veut n'en faire qu'à sa tête, non vraiment c'est trop dur! En plus ici, pas moyen de faire semblant : si vous vous manquez, vos Sim's sont plus que durs à récupérer, un vrai carnage! Une seule solution, en ce qui me concerne : démissionner, abandonner le jeu pour quelque chose de plus viril.

Bien : j'avoue avoir eu du mal à écrire cet article : pas évident de vous faire partager ma passion pour Nicolas Sarkozy le jeu vidéo. J'espère y avoir réussi, ne serait-ce qu'un peu.
A une certaine époque, je rêvais même d'en faire mon futur gagne-pain : scénariste de jeux vidéos, en voilà un métier! J'aurais pu suggérer aux studios en panne d'idées neuves de réelles innovations. Jugez plutôt, quelques idées que j'avais jeté en vrac sur mes cahiers d'écolier :

-France 2010 : un simulateur d'esclavage social sur le modèle des Sim's. On pourrait y contrôler des Sim's esclaves, acceptant toujours plus de régression sociale, dans l'espoir de meilleurs lendemains. Pendant que leurs maîtres (les Sim's dirigeants) se la coulent douce et se gavent toujours plus, en toute impunité, les petits Sim's "moyens" s'en prennent plein la gueule. Recul social, manipulation, népotisme, peur du terrorisme... utilisez tous les moyens disponibles pour arriver à vos fins!

-Ou alors Politicus :un simulateur de vie politique, dans lequel on pourrait incarner un homme politique dans son ascension vers le pouvoir. Ses mensonges, ses complots, puis sa réussite. Un petit président, par exemple, qui fait absolument tout ce qui lui plaît, qui comble ses amis et détruit ses ennemis, en même temps que la classe moyenne de son pays. Corruption, chantage, démagogie, coups tordus : permettez-vous ce qui vous plaît, du moment que vous ne vous faites pas attraper!

Je suis sûr que ce genre de jeux auraient eu un succès fou!

Mais ces salauds m'ont piqué toutes mes idées.

Une vocation qui s'éteint, une fois de plus...

------------------------------------------------------------------------------------------------------
PS : Pour conclure faites-moi plaisir : essayez celui-là! match sarko vs sego  Record à battre : 57 coups de boule certifiés... jvou nik tous

9 commentaires:

  1. Toff,
    pour ma part, j'ai connu Doom, wipe out (un truc avec des vaisseaux qui font des tours d'une piste à toute berzingue pour battre des records, et plus t'es bourré et déchiré plus effectivement, tu les bats, les records (va savoir par quel mystère)) et un peu du flipper, quelques années auparavant, mâtiné d'un vénérable casse-brique au troquet de mon bled vers l'ère glaciaire de ma propre préhistoire, ma connaissance technologique s'arrête donc là.
    J'ai laissé la playstation derrière moi, sauf sarko-Sego, qui me plait bien.
    Sauf qu'il faudrait virer Sego, parce qu'autrement c'est de coups de boule à un mur dont il est question...

    RépondreSupprimer
  2. Pas dépassé 11 avec sarko, l'enfoiré il cavale de plus en plus vite vers la fin de la partie. Je suis profondément affligé par ces méthodes à la Jean-Luc Delarue, d'abord.

    RépondreSupprimer
  3. 11? Mais c'est....miiiiiiiinaaaableuhh! ahaha j'ai fait 57 la 1ère fois. On voit bien qui est le Maître ici (et qui perd son temps sur des jeux flash débiles!)
    Sinon Doom j'ai adoré, le FPS c'est un de mes genres favoris(après le dézinguage de politiciens de droite). Wipe out j'ai connu aussi...j'avais bien aimé à l'époque. Sinon tu connais Golden Axe? Maupiti Island? Powermonger? Mitterrand? ÇA ce sont des jeux qui m'ont vraiment marqué, dans ma lointaine enfance ^^

    RépondreSupprimer
  4. Je ne jouais jamais dans mon enfance.
    Très vite mes parents m'enfermèrent dans un placard étroit et sombre où je dû me nourrir de mes ongles qui poussaient et des touffes de cheveux que, malade, j'arrachais par poignées.

    RépondreSupprimer
  5. ça ça pourrait faire un bon scénar...

    RépondreSupprimer
  6. Je voudrai porter à votre connaissance un jeu politique presidentevil.fr (http://www.presidentevil.fr) qui prend pour thème les élections présidentielles 2012 et mettant en scène les acteurs politiques (Sarkozy, Marine LePen, Mélanchon, Aubry). Humour grinçant et des très nombreuses références à la situation politique, sociale et économique de la France. A vous de juger s'il peut intéresser vos lecteurs.

    Cordialement et longue vie à votre blog.

    RépondreSupprimer
  7. @capuccino : hihi merci pour le lien...question : c'est moi qui avais trouvé le nom en premier, ou c'est les créateurs du jeu? Parce que ce billet date un peu quand même... (en même temps on s'en cogne!)

    RépondreSupprimer

merci de poster ici vos irrévérencieux commentaires. Tout ce qui est révérencieux ne sera pas accepté, ainsi que tout ce qui est contraire aux valeurs de ce blog en général (allez, on va dire : "Valeurs Humanistes"). Après, pour le reste, j'adoooore polémiquer... (NB : les commentaires anonymes ne sont pas acceptés, prenez au moins un pseudo quoi!)